Érotisme et surnaturel dans Abismo - Artichaut magazine