Festival du nouveau cinéma 2018: critiques de Julien Bouthillier (partie 2) - Artichaut magazine