Happening jubilatoire autour d'un massacre artistique. Critique de MAYDAY remix - Artichaut magazine