L’élaboration du décor tragicomique dans Whitehorse - Artichaut magazine