Émotions crues sur petit plateau. Mérédith, à la salle intime du Prospero - Artichaut magazine