Un pari risqué. Le joueur de Dostoïevski, au Prospero - Artichaut magazine