La vérification par les faits : la post-vérité et Hannah Arendt - Artichaut magazine